Découvrez nos derniers communiqués de presse
Les contributions éditoriales et la participation du monde des affaires d’Enerkem ainsi que des rapports de l'industrie
On parle d’Enerkem dans les médias
Pour ne rien manquer de nos événements et conférences
Enerkem, reconnu par l'industrie et ses pairs
Enerkem en images et vidéos
Enerkem en images et vidéos

Le projet W2C Rotterdam accueille Shell comme nouveau partenaire pour la conversion de matières résiduelles en produits chimiques

  • Shell se joint à Air Liquide, Enerkem, Nouryon et le Port de Rotterdam en tant que partenaire financier.
  • Le projet de conversion de matières résiduelles en produits chimiques à Rotterdam sera le premier projet de son genre en Europe à fournir une solution de rechange durable pour les plastiques non recyclables et les autres déchets mixtes.

Rotterdam, NL, le 1er mars 2019 – Un consortium d’entreprises de calibre mondial formé d’Air Liquide, de Nouryon (anciennement AkzoNobel Specialty Chemicals), d’Enerkem et du Port de Rotterdam a annoncé que Shell se joindrait à lui comme partenaire pour le premier établissement de transformation de déchets en produits chimiques d’Europe à Rotterdam, aux Pays-Bas.

Shell deviendra un partenaire financier en parts égales dans le projet de conversion de matières résiduelles en produits chimiques à échelle commerciale, le premier de son genre en Europe à offrir une solution de rechange durable pour les déchets solides non recyclables. Ce projet vise la conversion des plastiques non récupérables et d’autres déchets mixtes en biométhanol pour les secteurs des produits chimiques et des transports.

« Nous sommes heureux que Shell se joigne à notre groupe de partenaires », a affirmé Marco Waas, président du projet de conversion de matières résiduelles en produits chimiques à Rotterdam et directeur, Recherche et développement et Innovation à Nouryon. « La directive sur les énergies renouvelables (DER II) de la Commission européenne entre en vigueur en 2021, ainsi que d’autres initiatives environnementales comme le modèle d’économie circulaire, et crée un environnement idéal permettant aux entreprises de premier plan de stimuler une croissance durable grâce à l’innovation. L’ajout d’un autre partenaire de calibre mondial renforcera notre position. »

« Les partenariats avec l’industrie, comme celui-là, sont essentiels pour offrir certaines des nombreuses solutions dont la société aura besoin pour répondre à la demande d’énergie tout en réduisant les émissions afin de s’attaquer aux changements climatiques et à la pollution de l’air », a déclaré Andrew Murfin, directeur général, Biocarburants avancés, Shell « Les biocarburants avancés, y compris ceux produits au moyen du biométhanol, pourraient permettre la décarbonisation du secteur des transports en particulier. C’est une perspective stimulante considérant le fait que les transports représentent le cinquième des émissions de CO2 liées à l’énergie à l’échelle mondiale et qu’ils continueront de dépendre des carburants liquides, particulièrement pour les longs trajets et les véhicules lourds, dans les années à venir. »
Le consortium, qui a créé une coentreprise attitrée, a déjà mené de vastes travaux préparatoires couvrant l’ingénierie détaillée et le processus d’obtention de permis. Il vise à prendre la décision définitive relative aux investissements en 2019, car les travaux de conception et la sélection d’un entrepreneur en ingénierie et approvisionnement sont en cours.

L’établissement pourra convertir 360 000 tonnes de déchets en 220 000 tonnes (270 millions de litres) de biométhanol, une composante essentielle dans la fabrication d’une vaste gamme de produits courants ainsi qu’un carburant renouvelable. Cela représente les déchets annuels totaux de plus de 700 000 foyers et une réduction des émissions de CO2 estimée à environ 300 000 tonnes.
Le projet est soutenu par le ministère néerlandais des Affaires économiques et du Climat, qui a accepté de créer des mécanismes et une réglementation qui permettront de mettre pleinement en œuvre cette technologie afin de soutenir la transition vers les faibles teneurs en carbone de l’économie des Pays-Bas. Le projet de transformation de déchets en produits chimiques est également soutenu par la Ville de Rotterdam, la province de Zuid-Holland et InnovationQuarter, l’agence de développement régional.

L’établissement sera construit dans la zone Botlek du Port de Rotterdam à l’aide de la technologie exclusive d’Enerkem, et il transformera les déchets mixtes non recyclables, y compris les matières plastiques, en gaz synthétiques, puis en méthanol propre qui sera utilisé dans l’industrie des produits chimiques et le secteur des transports. Il s’agit d’un grand pas en avant par rapport à la réalité d’aujourd’hui, où le méthanol est habituellement produit à partir de gaz naturel ou de charbon. L’usine sera dotée de deux chaînes de production, soit deux fois la capacité de traitement de l’usine commerciale d’Enerkem à Edmonton, au Canada. Elle bénéficiera des infrastructures à la fine pointe du Port de Rotterdam ainsi que de synergies avec Air Liquide (grandes industries), qui fournira l’oxygène nécessaire et, en collaboration avec Nouryon, la matière première qu’est l’hydrogène. L’objectif actuel est que le méthanol durable produit par l’établissement sera acheté par Nouryon et Shell.

À propos du projet de conversion de matières résiduelles en produits chimiques à Rotterdam
Le projet de conversion de matières résiduelles en produits chimiques à Rotterdam est une étape importante vers un secteur des produits chimiques plus durable et une économie circulaire. S’appuyant sur la technologie de rupture exclusive d’Enerkem, une entreprise canadienne de technologies propres, l’établissement à échelle commerciale sera le premier de son genre en Europe à fournir une solution durable pour les déchets non recyclables, transformant les matières plastiques non récupérables et d’autres déchets mixtes en matières premières. Le projet de conversion de matières résiduelles en produits chimiques à Rotterdam est un exemple probant de la manière d’atteindre une véritable économie circulaire en prévenant l’utilisation de sources d’énergie fossile comme matières premières, en diversifiant le portefeuille énergétique et en fabriquant des produits courants plus écologiques, tout en offrant une solution de rechange intelligente et durable à l’enfouissement et à l’incinération. Le projet peut aider les Pays-Bas à atteindre son objectif ambitieux de devenir pratiquement neutre en carbone d’ici 2050.
www.w2c-rotterdam.com

À propos d’Enerkem
Enerkem produit des biocarburants et des produits chimiques verts à partir de déchets. Sa technologie de rupture exclusive lui permet de transformer les matières résiduelles municipales non-recyclables en méthanol, en éthanol ainsi qu’en d’autres produits chimiques intermédiaires largement utilisés. Enerkem, dont le siège social est à Montréal, au Québec (Canada), exploite une usine commerciale à pleine échelle en Alberta, ainsi qu’un centre d’innovation au Québec. Les installations d’Enerkem sont construites comme des systèmes préfabriqués basés sur l’infrastructure de fabrication modulaire de l’entreprise qui peut être déployée à l’échelle mondiale. La technologie d’Enerkem contribue à la diversification du portefeuille énergétique et à la fabrication de produits courants plus écologiques tout en offrant une solution de rechange intelligente et durable à l’enfouissement et à l’incinération.
www.enerkem.com